Le tournoi de marche débute généralement par un coup de feu, les athlètes étant à leur place juste à la ligne de départ. Les tournois se déroulent sur des distances de 10 km, 20 km et 50 km.

Se préparer à la marche à pied

Les courses de marche commencent lorsque tous les joueurs se rassemblent sur la ligne de départ dans un stade. Comme les marcheurs ne peuvent pas courir dans les couloirs, ils prennent position à la ligne de départ sur l’ordre « A vos marques ». Le starter du tournoi s’assure qu’aucun joueur ne reste sur la ligne de départ après la commande.

Un signal d’avertissement de cinq minutes, trois minutes et une minute est donné aux athlètes avant le début de la course, suivi d’un coup de feu avec une indication à tous les participants pour le départ de la course.

Avec les athlètes, les juges jouent un rôle crucial dans les compétitions de marche à pied. Six à neuf juges sont assignés pour chaque tournoi ; ainsi qu’un juge en chef pour surveiller constamment la technique de marche de l’athlète tout au long du tournoi jusqu’à ce que le joueur termine sa course à la ligne d’arrivée. Dans tous les cas, si un athlète reçoit 3 cartons rouges de 3 juges différents, le juge en chef disqualifie l’athlète de la course.

Aperçu rapide du jeu

La marche à pied se réfère à un mouvement des pieds du marcheur lorsque celui-ci progresse vers l’avant en établissant un contact constant avec le sol, et qu’aucune perte visible de contact n’a lieu à aucun moment pour les juges. Idéalement, cette technique de marche est populairement connue sous le nom de mouvement  » du talon aux orteilles « , le mouvement du bras à l’épaule étant bas par rapport au sol.

La prochaine technique importante du Racewalking est l’avancement de la jambe sans que la flexion du genou ne soit visible à l’œil nu, c’est ce qu’on appelle la règle  » lever ou plier le genou « . partir du moment où un pied perd le contact avec le sol, l’autre pied doit être redressé jusqu’à ce que le premier pied soit de nouveau sur le sol en position verticale droite.

Tout au long du défi de marche à pied, si les deux règles sont violées par les athlètes à trois reprises et que trois juges différents remarquent la violation des techniques, le marcheur reçoit un carton rouge et est disqualifié de la compétition.

L’athlète qui termine la compétition de marche à pied sans enfreindre les règles marche sur la distance spécifiée. Contrairement à d’autres événements sportifs sportifs, dans la Marche, le marcheur doit atteindre la ligne d’arrivée avant les autres compétiteurs pour déclarer le vainqueur du tournoi.

Règles de la marche à pied

La marche à pied est un sport disciplinaire très difficile qui est surveillé physiquement par plusieurs juges, mais les marcheurs participent de plus en plus aux épreuves et aux compétitions de marche sur route. Les règles sont clairement définies par l’IAAF (International Association of Athletics Federation) pour les participants de ce sport, comme indiqué ci-dessous.

  • Règle de perte de contact – Pendant la marche à grande vitesse, les pieds du marcheur ne doivent jamais perdre le contact avec le sol, car ils sont visibles à l’œil nu. Le talon d’un pied doit absolument toucher le sol avant que l’orteil de l’autre pied ne quitte le sol. Il y aura une milliseconde par foulée lorsque les deux pieds de l’athlète perdent le contact avec le sol, mais ne sont pas dans le champ de visibilité de l’œil humain et sont indétectables.
  • La règle du genou plié – Au cours de la progression des pas de l’athlète vers l’avant, la jambe qui avance en contact avec le sol doit être redressée de la hanche au pied. Jusqu’à ce que l’autre pied atteigne la position verticale droite, la flexion du genou indique une violation de cette règle. A tout moment, les genoux doivent être visibles pour les juges.
  • Pagaie jaune – Les juges peuvent émettre une pagaie jaune au marcheur à titre d’avertissement lorsque le marcheur est très près d’enfreindre les deux règles ci-dessus. Un juge de marche ne peut délivrer une pagaie jaune pour le même athlète que deux fois, une fois pour perte de contact et une fois pour genou fléchi.
  • Carton rouge – Parmi les juges désignés de l’épreuve, si l’un d’entre eux est d’avis que l’athlète a enfreint l’une des deux règles ci-dessus, le juge émet un carton rouge silencieux pour ce marcheur particulier et l’envoie au juge en chef. L’athlète n’est pas au courant du carton rouge qui lui est délivré. Chaque juge peut délivrer un carton rouge à tous les marcheurs, mais une seule fois dans toute la compétition.
  • Disqualification d’un athlète – Un athlète ne peut être disqualifié de la compétition de marche que par le juge en chef. Si le juge en chef reçoit trois de ces cartons rouges individuels de trois juges différents, il demande la disqualification de l’athlète en question de la compétition. Les pagaies jaunes émises aux marcheurs ne sont pas considérées comme des critères de disqualification. Si l’athlète continue la course même après l’appel de disqualification et termine premier, il ne gagne pas la course.
Fermer le menu