La capoeira est un art qui défie toute description. C’est un combat, une danse, un jeu. C’est la créativité, l’intuition, la grâce, la force, l’histoire et la tradition. Pour comprendre le mouvement, la musique et le magnétisme de la Capoeira, nous devons explorer la fascinante tradition de l’art et son histoire mystérieuse. La Capoeira est une histoire de triomphe et de liberté.

Enracinée dans les riches cultures apportées au Brésil par les esclaves africains, l’histoire de la Capoeira fait l’objet de nombreux débats. L’histoire de la Capoeira et ses légendes ont été transmises oralement par d’anciens esclaves qui ont transmis l’art à leurs élèves. Ce sont les enseignements de ces maîtres anciens et quelques documents qui subsistent qui racontent l’histoire de cet art singulier.

L’origine de la Capoeira remonte à environ 500 ans au début de la période de la traite négrière au Brésil. Tout au long des 488 ans de traite des esclaves au Brésil, diverses tribus d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale se sont rencontrées et se sont mélangées dans les senzalas (quartiers des esclaves) et dans les quilombos (nations esclavagistes). De ce mélange de cultures africaines est né un mélange de traditions, de rituels, de rites de passage, de nourriture, de danse, de langue et de religion. Lentement, une nouvelle identité afro-brésilienne avec un ensemble distinct de pratiques culturelles est née. Cette nouvelle identité s’est accompagnée du développement de la Capoeira, une pratique que l’on appellera des années plus tard l’art de la libération.

La Capoeira et ses pratiquants ont persévéré à travers des siècles de marginalisation et de discrimination et aujourd’hui l’art a évolué de la pratique culturelle, à l’art martial et au mode de vie. Cet art autrefois interdit et clandestin de l’autonomisation physique et spirituelle s’est transformé en un élément essentiel de la culture populaire brésilienne et est aujourd’hui reconnu comme un sport national.

Le XXe siècle a vu l’émergence de nombreux mestres légendaires (maîtres) qui allaient changer le visage de l’art. Ces capoeiristes dévoués (pratiquants de la capoeira) ont travaillé sans relâche pour faire sortir la capoeira de l’ombre et l’intégrer dans la culture brésilienne dominante et plus tard sur la scène mondiale.

À la fin des années 1920, un homme du nom de Manuel dos Reis Machado alias Mestre Bimba a commencé à développer une nouvelle méthode d’entraînement plus objective de Capoeira. Dans son État natal de Bahia, au nord-est du Brésil, Mestre Bimba était un pugiliste bien connu. Il pratiquait la Capoeira et d’autres arts martiaux. Il pensait que la Capoeira était devenue trop folklorique et trop dansante, qu’elle n’était pas organisée et qu’elle avait besoin d’être affinée pour attirer plus d’étudiants. Avec l’aide d’un petit groupe de ses élèves, il a commencé à développer un nouveau style de formation plus objectif. Mestre Bimba a créé huit séquences partenaires et a utilisé ses propres rythmes distincts sur le berimbau, l’instrument principal de la Capoeira. Le style d’entraînement signature de Mestre Bimba sera plus tard surnommé Capoeira Regional.

L’importance du travail de Mestre Bimba allait au-delà d’un nouveau style d’entraînement, il a aidé à illustrer les bienfaits physiques de la Capoeira et à montrer son efficacité en tant qu’art martial. Lui et ses meilleurs élèves ont fait le tour du Brésil, défiant et combattant les artistes martiaux les plus célèbres de l’époque. Mestre Bimba a joué un rôle central dans la légitimation de la Capoeira et la vulgarisation de cette forme d’art. En raison de son travail, en 1937, la Capoeira a été retirée du code pénal et reconnue par le président brésilien de l’époque, Getúlio Vargas, comme un sport national.

Après que Mestre Bimba ait commencé à développer Capoeira Regional, un autre capoeiriste important, Mestre Pastinha, a commencé à organiser ce qui est aujourd’hui appelé Capoeira Angola, le style original de l’art. Mestre Pastinha, (Vincente Ferreira Pastinha) a vu la nécessité de souligner les racines africaines de l’art et de continuer à l’enseigner dans sa forme originale. Comme Mestre Bimba, Mestre Pastinha a commencé à organiser la Capoeira Angola, en préservant les enseignements des anciens maîtres et anciens esclaves.

La Capoeira a connu un développement et une évolution considérables dans sa formation, son organisation et sa pratique. Aujourd’hui, il y a deux styles de Capoeira d’importance égale : Angola et Régional. La majorité des écoles de Capoeira pratiquent aujourd’hui les deux, reconnaissant l’importance de chacune et comprenant que l’Angola et la région ont une relation symbiotique. Les écoles qui suivent la tradition de pratiquer les deux se réfèrent souvent à leur style comme Capoeira Contemporânea – Capoeira contemporaine.

L'histoire de la capoeira

Le jeu

Le jeu de Capoeira est une série fluide de mouvements agiles, acrobatiques et martiaux reliés ensemble pour former une conversation corporelle unique. Le dialogue physique gracieusement stratégique se déroule dans la Roda, le cercle où l’entraînement se manifeste par des jeux entre deux Capoeiristas (praticiens de l’art). Ces jeux sont un échange complexe de coups de pied circulaires et droits, d’évasions, de balayages, de démontages et d’exercices de gymnastique.

L’esprit et l’énergie d’une Capoeira Roda sont contagieux. Cette forme d’art combine des coups de pied circulaires et droits, des acrobaties, des démontages et de la créativité avec une musique envoûtante et une spiritualité universelle. La Capoeira apporte santé et équilibre à la vie de ses participants, quel que soit leur âge. L’art martial est idéal pour développer la conscience du corps et de l’esprit, enseigner des réflexes rapides et des tactiques d’autodéfense. La Capoeira est gracieuse et stimulante, un outil de vie qui encourage tous ceux qui s’entraînent à grandir et à investir dans le bien-être physique et mental.

La Musique

Pour ceux qui n’ont jamais vu la Capoeira jouer, la roda (cercle) est l’endroit où tout se passe. C’est le point culminant de l’art de la Capoeira. A la tête de la roda se trouve l’orchestre composé de trois berimbaus, deux pandeiros et un atabaque. Le berimbau est un instrument monocorde dont la forme primitive est originaire d’Afrique centrale. Il dicte la saveur et la vitesse du jeu de Capoeira à l’intérieur de la roda. Cet instrument principal peut jouer plus de 10 rythmes traditionnels différents avec d’innombrables variations. Le son acoustique unique du berimbau est accompagné par l’atabaque, un tambour qui ressemble beaucoup à une conga primitive. L’atabaque est le battement de cœur de la Capoeira roda et est accentué par le pandeiro (tambourin).

L’orchestre de Capoeira est complété par le chœur, l’anneau de voix qui résonne de la roda dans une chanson de style appel et réponse dirigée par l’une des Capoeiristas. Les chants de capoeira racontent l’histoire puissante de l’art, des histoires de mestres légendaires et d’anecdotes ludiques. Ces histoires, vraies ou légendaires, sont colorées, inspirantes, drôles et parfois tristes. Par-dessus tout, les chants de Capoeira illuminent l’intensité et la vision de l’art. Les chansons sont chantées en portugais poétique et rythmé, les capoeiristes de toutes nationalités et ethnies sont inspirés pour apprendre la langue.

Fermer le menu
at massa quis, ut fringilla porta. sit id mattis facilisis ut